Actualités

17th Feb, 16 0

Depuis plus d’un an, une épidémie de maladie à virus Ebola sévit en Afrique de l’Ouest, et plus           particulièrement en Guinée, en Sierra Leone et Liberia. La Côte d’Ivoire, pays limitrophe de deux pays en épidémie, a fait des efforts considérables de préparation pour éviter la propagation de cette maladie dans son territoire.

 

L’une des mesures recommandées par l’OMS pour éviter la propagation de la Maladie à Virus Ebola (MVE), c’est le lavage régulier des mains à l’eau et au savon. Dans les efforts de préparation de la Côte d’Ivoire contre la MVE, les populations ont été sensibilisées sur le lavage des mains à l’eau et au savon. Des dispositifs de lavage des mains et du savon ont été distribués dans les formations sanitaires et les lieux publics.

 

Suite à ces actions du gouvernement et ses partenaires, l’on a observé que le lavage des mains, un geste fort simple mais que les populations avaient du mal à adopter commençait àentrer progressivement dans leurs habitudes. Nous avons espéré faire de la MVE une opportunité pour changer positivement les habitudes sur le lavage des mains en Côte d’Ivoire.

 

Avec la baisse significative des cas de MVE dans les pays en épidémie, nous notons malheureusement un relâchement au niveau des mesures de prévention de la MVE dans notre pays. Les dispositifs de lavage des mains deviennent de plus en plus rares, lorsqu’ils existent.Ils manquent d’eau et de savon. Quant aux populations, elles se lavent de moins en moins les mains. Et même lorsqu’elles le font la technique utilisée n’est pas bonne. Les efforts de promotion de lavage des mains n’ont donc pas été suffisants pour susciter un vaste changement de comportement auprès des populations.

 

Tout indique que l’amélioration du lavage des mains à l’eau propre et au savon pendant les moments clésest un geste simple, efficace et rentable pour réduire la propagation des maladies infectieuses comme la maladie à virus Ebola, le choléra, la grippe, la diarrhée, la poliomyélite et les parasitoses. Il est démontré que les mains transportent 80% des germes causant les infections. Les moments clés pendant lesquels il est nécessaires de se laver les mains au savon sont : Après les toilettes, avant et après la cuisine, avant de manger, avant de nourrir les enfants, après les toilettes des enfants, après avoir touché un animal ou ramassé ses excréments, après avoir manipulé des ordures, après s’être mouché, avoir toussé, éternué ou craché, chaque fois qu’on rentre au domicile, après avoir utilisé les transports collectifs, après avoir rendu visite à une personne malade.

 

Les acteurs du secteur de restauration constituent une cible privilégiée, car non seulement ils manipulent les aliments qui sont exposés à des risques de contaminations microbiennes pendant le transport, la conservation, la distribution et la consommation, aussi reçoivent-ils une forte clientèle qui est exposée aux maladies des mains sales.

 

Dans les maquis et les petits restaurants de la ville d’Abidjan, le lavage des mains au savon n’est pas régulier. Lorsqu’il se fait, la technique de lavage des mains n’est pas adéquate. Les étapes de lavage des mains ne sont non seulement pas respectées pis les mains sont lavées dans un récipient dans lequel les clients plongent et frottent les mains à tour de rôle. Le danger de cette technique est le transport des germes d’un client à un autre.

 

C’est donc de tout ce précède que le Ministère de la Santé et de l’hygiène Publique a décidé de lancer le projet pilote de promotion des techniques de lavage des mains au savon en faveur des tenanciers des maquis et petits restaurants de la ville d’Abidjan. Un projet régit par un protocole de partenariat entre l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique (MSHP). Sa mise en œuvre technique est assurée par la Direction de Hygiène, de l’Environnement et de la Santé (DHES) et l’Institut National d’Hygiène Publique (INHP) en partenariat avec le Centre d’Information et de Communication Gouvernementale (CICG) et la Croix Rouge Côte d’Ivoire (CRCI).

 

Par Djékamba Dia

Par :
Catégorie : Santé

Retour à la liste des articles


0 Commentaires
Copyrights ©2018 : INHP - Powered By AS Consulting